Mousse d’arbre et lichen au jardin : traitements et solutions

Lichen et mousse sont des végétaux.

Le fait qu’on n’arrive pas trop à distinguer si ce sont des algues, des champignons ou des parasites ne nous rassure pas, et nous avons tendance à vouloir nous en débarrasser.

Ils ne sont rien de tout cela !

Explications sur ce qu’est la mousse et ce qu’est le lichen : de véritables merveilles botaniques !

Bilan sur leur éventuel désagrément esthétique, et leur présence totalement inoffensive (mais instructive) au jardin.

mousse sur un arbre

Qu’est-ce que le lichen ?

Le lichen est un végétal assez exceptionnel, qui pousse là où nulle autre plante ne saurait pousser !

Il en existe quelque 20 000 espèces : lichen barbu, lichen noir, lichen plat, lichen jaune…

On distingue notamment :

  • les lichens corticoles : qui se développent sur les écorces d’arbres,
  • les lichens saxicoles : qui se développent sur les roches et pierres,
  • les lichens terricoles : qui se développent à la surface de l’humus,
  • les lichens lépreux : qui ressemblent à de la poudre et se détache aisément de leur matrice.
lichen sur un arbre

On trouve du lichen sur les vieux bancs, les pierres, le bord de mer, les arbres, les murs, les roches de montagne, le sol et le bitume… La plupart du temps des surfaces hostiles, et dans des conditions arides, sous des températures pouvant aller de - 70 à +70 °C. Leur seule faiblesse est la pollution.

On a longtemps cru qu’il s’agissait d’une algue ou d’une mousse, puis d’un champignon parasite… À l’heure actuelle, la distinction entre lichens et mousses n’est toujours pas très nette. Le lichen est un organisme végétal mixte : association d’un champignon et d’une algue présente dans le mycélium.

Le lichen a cette particularité que d’une surface minérale stérile, comme la roche, il crée une surface fertile sur laquelle les mousses ou les sempervivum par exemple, peuvent pousser à leur tour.

En cela ce sont pour les botanistes des « végétaux pionniers », et de véritables atouts écologiques capables de coloniser le stérile. Pour vivre, le lichen n’a besoin que de lumière, d’humidité ambiante et de sels minéraux. Ils sont en quelque sorte à la base de la pyramide de l’écosystème : c’est grâce aux lichens que les constituants des sols sont détachés de la roche mère et que peuvent successivement se développer les bactéries, les champignons, mousses, fougères… puis les plus grosses plantes, les arbres et les animaux.

Qu’est-ce que la mousse verte sur un tronc d’arbre ?

La mousse est un végétal de la famille des bryophytes. On en compte environ 15 000 variétés. C’est une petite plante herbacée qui pousse sur l’humus, les roches, l’écorce des arbres…

La mousse n’a pas de racines et se développe en surface, pas en profondeur ni en hauteur. Elle n’a pas besoin de terre.

La mousse en se décomposant participe à créer de l’humus, et surtout de la tourbe dans les tourbières. En s’agglomérant, elle permet de fixer le terrain dans certains cas (dunes par exemple). Elle assainit également les marais en absorbant les matières qui se décomposent.

L’élément absolument nécessaire à la mousse est l’eau.

C’est pourquoi elle est capable de pousser partout en milieu humide, même sans « sol ». Elle prépare ainsi le terrain en composant la première strate d’humus pour les autres plantes qui pourront se développer sur elle. Elle accueille également une grande biodiversité.

C’est à ce titre elle aussi un végétal pionnier avec une place centrale dans le développement de l’écosystème.

Ensemble, mousses et lichens constituent l’identification végétale principale de milieux tels que la toundra ou les tourbières.

mousse d'arbre

La mousse : un bio-indicateur de pollution


Le lichen et la mousse aiment l’humidité. Même atmosphérique.

Ils sont capables de puiser l’humidité dans l’air.

C’est le premier indicateur de la mousse : là où il y a de la mousse, il y a de l’eau et de l’humidité.

Les sols riches leur sont inutiles. Mousse et lichen peuvent se développer sans sol et sur des supports très pauvres. Ils s’adaptent là où d’autres végétaux ne le pourraient pas. Leur présence sur le sol indique donc un sol très peu riche.

Leur présence indique selon le cas :

  • un sol très pauvre
  • un sol très acide
  • un sol détrempé
  • un terrain excessivement ombragé.

En termes de pollution atmosphérique, savoir que leur principale faiblesse est le dioxyde de soufre (émis par l’activité industrielle) est un bon indicateur de pollution.

Généralement là où lichens et mousses poussent, l’air est dénué de dioxyde. Donc préservé du principal polluant atmosphérique lié à l’activité humaine (industrie, transport, bâtiment).

Leur présence est donc plutôt encourageante.

D’un point de vue écologique il est d’ailleurs troublant de savoir que la mousse est un végétal pionnier capable de survivre dans les conditions les plus hostiles… mais à ce point sensible à la pollution.

Les scientifiques utilisent les mousses pour analyser la pollution par les métaux lourds dans l’air. En analysant les particules retenues par les mousses, la bio surveillance permet de donner une idée de la teneur dans l’air des métaux lourds sur une zone donnée (aluminium, arsenic, calcium, cadmium, chrome, cuivre, fer, mercure, sodium, nickel, plomb, vanadium et zinc).


Pour ces raisons on a coutume de dire que mousse et lichens ne sont pas un problème,

mais plutôt des symptômes.

Trouver facilement un jardinier pour vos travaux d'élagages, d'entretien de jardin ou d'aménagement

La mousse est-elle gênante ?

La mousse sur vos arbres

Si la mousse pousse sur l’écorce des arbres et des vieux arbres dépérissants en particulier, c’est parce qu’elle en apprécie le côté rugueux qui lui permet de mieux s’accrocher à la verticale (faute de racines).

Là encore, la mousse est un symptôme, pas une cause.

Cependant la présence de la mousse sur les arbres n’empêche ni ne ralentit leur développement. La mousse ne pénètre pas dans l’arbre, ne l’étouffe pas et ne le parasite pas en volant ses ressources.

La mousse et le lichen captent les minéraux dans les particules de l’air, les épurent (ou recyclent) et absorbent l’humidité excessive. Qui plus est ils abritent une biodiversité dont se nourrissent les oiseaux (et d’autres insectes) et leur servent occasionnellement de matériau de construction pour leurs nids. Ils piègent des larves d’insectes que les oiseaux savent très bien aller chercher dans la mousse, avant qu’ils ne gagnent vos fruits par exemple.

Lichen et mousse sont sans nuisance et sans danger pour vos arbres !

Laissez-les en place et ne vous précipitez pas pour la destruction des mousses sur les arbres.

Seul problème à signaler : la mousse empêche parfois de voir l’écorce des arbres et de savoir si ils sont en bonne santé ou pas.

La mousse sur votre toiture

mousse toit

Seule exception à la règle de « laisser vivre » pour la mousse : la toiture.

La présence de mousse ou lichen sur votre toiture peut à long terme engendres des problèmes de porosité, de chute de tuiles, d’infiltration et d’humidité, et boucher vos gouttières ou polluer vos réservoirs d’eau de pluie.

Entretenez une fois par an votre toiture pour la débarrasser de sa mousse et appliquez un traitement préventif hydrofuge.

La mousse sur votre terrasse ou vos murs

mousse verte terrasse

La terrasse, le balcon, les murets de jardin ou les dalles des allées se couvrent parfois de mousse. Le phénomène est normal : « la nature a horreur du vide ».

Cependant dans ces cas la mousse peut devenir un problème.

Outre l’aspect peu esthétique de cette couverture verte, la mousse rend les terrasses et dalles glissantes et dangereuses. À long terme, elles vont les rendre poreuses et elles finiront par fendre sous l’effet du gel.

Qui plus est la mousse sur un revêtement de sol va empêcher l’eau de pluie de bien s’écouler. Il faudra donc la brosser pour l’éliminer, et recourir à un traitement préventif pour que la mousse ne revienne pas trop vite.

La mousse dans le gazon

Les amateurs de belle pelouse d’un vert uni détestent la mousse. Or celle-ci aura tendance à se développer dans votre gazon, en particulier si votre sol n’est pas de très bonne qualité.

Pour y remédier, scarifiez votre pelouse avec un scarificateur et aérez votre gazon avec une grelinette.

Testez aussi votre terre là où pousse le gazon : elle est possiblement trop acide. Apportez un correctif : chaulage ou cendre de bois. Amendez de temps en temps votre pelouse avec du compost.

Nos astuces pour fabriquer un anti-mousse naturel

La méthode manuelle

Pour enlever la mousse, rien ne vaut la méthode manuelle. Une brosse en paille ou fibres de coco suffira pour brosser doucement et enlever la mousse de l’écorche d’un arbre sans le blesser.

Cela fonctionne également très bien sur les toits en tuile de terre cuite.

Au besoin, trempez votre brosse dans un peu de solution savonneuse au savon noir.

La méthode pour enlever de la mousse sur des arbres fruitiers

Chauler un tronc d’arbre fruitier agira comme un fongicide naturel qui débarrassera vos arbres de toue mousse ou lichen. Badigeonnez simplement au lait de chaux.

Attendez que les arbres aient fini de perdre leurs feuilles pour faire vos travaux de démoussage : vous aurez moins de spores volatiles. La fin de l’automne hors gel et hors pluie sera idéale pour le traitement du lichen sur les arbres fruitiers.

Acide citrique et bicarbonate de soute pour nettoyer votre terrasse et vos dalles

L’acide citrique aura une action desséchante efficace sur les mousses. Les grains du bicarbonate de soude permettront au nettoyage d’assainir en profondeur vos dallages.

Attention toutefois : ne jamais appliquer ce mélange sur le granit et le marbre !

Mélangez acide citrique et bicarbonate dans un peu d’eau tiède et pulvérisez à l’aide d’une bouille de jardin. Laissez agir 3 jours, sans pluie, par temps sec et pas trop chaud. Rincez ensuite à l’eau claire et à la brosse, ou au décapeur haute pression.

L’eau de cuisson des pommes de terre, du riz ou des pâtes

Bouillante et riche en amidon, elle fera un très bon produit anti-mousse.

Versez-la directement sur votre terrasse et laissez agir sans rincer. C’est un désherbant naturel et écologique, sans danger pour les autres végétaux.

Cendre de bois ou chaux sur votre pelouse 

Rien de tel pour débarrasser votre pelouse de son feutrage que de répartir un peu de cendre de bois ou de chaux en surface. Passez le scarificateur avant et après.

Le nettoyeur haute pression

Il décapera votre terrasse et vos murs.

Attention : ne jamais utiliser le nettoyeur haute pression comme anti-mousse pour arbres !

N’utilisez jamais de désherbant chimique, chlore, eau de javel, sel ou vinaigre blanc sur la mousse des arbres : vous rendriez votre sol stérile et tueriez vos arbres.

nettoyer mousse terrasse

Que faire de la mousse ?

recycler mousse

Une fois récoltée, la mousse peut être compostée à condition de bien la mélanger.

Elle peut également servir à faire des compositions florales ou servir de paillage sur une zone sèche de votre jardin.

Comment empêcher la mousse de revenir ?

Le démoussage ne suffit pas. Sans traitement de fond en prévention, la mousse et le lichen reviendront.

Sur l’écorce des arbres, le chaulage au badigeon de chaux empêchera le retour de la mousse (tous les 3 à 5 ans).

Sur le toit, un traitement hydrofuge (si votre matériau de couverture le supporte) permettra à l’eau de pluie de glisser. La mousse ne trouvera plus l’humidité suffisante pour s’installer sur votre toit. Il faudra renouveler le traitement tous les 2 ans.

anti mousse ecologique

Ailleurs, pour éviter le retour de la mousse ou du lichen, vous devrez agir sur les conditions qui favorisent leur présence.

  • Faites entrer la lumière dans les zones ombragées du jardin
  • Aérez et enrichissez le sol
  • Drainez la terre avec un peu de sable
  • Rééquilibrez le pH du sol
  • Éliminez les causes de l’humidité constante
  • Ne tondez pas votre pelouse trop rase
  • Scarifiez la pelouse 1 à 2 fois par an

Peut-on utiliser le sulfate de fer contre la mousse d’arbre ?

Le sulfate de fer a longtemps été utilisé pour avoir une belle pelouse sans mousse.

De nos jours c’en est fini de son usage : c’est un produit très irritant pour la peau, les yeux, les voies respiratoires, et les conséquences de son utilisation au jardin sont pires que les « maux » contre lesquels on l’utilisait !

Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelait autrefois « vitriol vert » (de vert il n’a que la couleur).

Très agressif, il vous irritera la peau, laissera des traces indélébiles sur vos terrasses et murets et perturbera l’écosystème de votre jardin.

Quels animaux mangent la mousse du jardin ?

Les poules adorent manger la mousse ! 

Elles vous débarrasseront avec plaisir de la mousse sur tout ce qui est à leur portée.

De plus, les fientes de poule font un excellent apport au jardin. 

Trouver facilement un jardinier pour vos travaux d'élagages, d'entretien de jardin ou d'aménagement