Créer et aménager un jardin à la française : guide complet (2021)

Le jardin à la française est géométrique et rigoureux. Il est l’incarnation même d’une époque où on aimait tout maîtriser et sublimer. Lorsque la France cherchait à s’illustrer pour sa grandeur en toutes choses.

Ambitieux (voire un brin prétentieux), le jardin à la française ne laisse rien au détail. C’est le jardin architecturé et dessiné par excellence, le jardin-spectacle.

Découvrez comment créer un jardin à la française, quels arbres et arbustes choisir, comment l'entretenir...

jardin à la française

Définition du jardin à la française

Le jardin à la française est celui que l’on retrouve dans les principaux grands châteaux et monuments classiques à partir du XVIIe siècle en France. 

Il évoque l’âge d’or de l’architecture et de l’art en France, le Roi-Soleil, les grands ingénieurs, le luxe de Versailles…

C’est avec le jardin à la française qu’est né l’art des jardins en Europe de l’ère classique. On ne jurait alors que par la forme parfaite, la théâtralité et la démonstration du savoir-faire.

Le jardin à la française de château est fait de grands alignements, de statues, de terrasses, de lignes, de perspectives, de topiaires, de fontaines caractéristiques du jardin à la française.

Il n’a absolument aucune vocation « pratique » puisqu’il n’y est pas question de faire pousser un potager ou d’avoir un jardin cultivé. 

C’est un jardin immense réservé aux grandes demeures et à la noblesse de Cour. Car qui d'autre pouvait financer une petite armée de jardiniers et de fontainiers pour prendre soin de toute cette infrastructure sophistiquée et coûteuse ?

Au fil de l’histoire, le jardin à la française est devenu un spectacle de plus en plus chargé, rococo avec des touches de folie, d’exotisme et d’exubérance.

Avec la fin du système monarchique, il s’est progressivement évanoui, revenu à des considérations plus économiques et une vision plus « utile » du jardin.

Aujourd’hui, les quelques jardins à la française conservés sont des jardins-musées, souvent dans des lieux patrimoniaux.

idée jardin à la française

C’est le grand concepteur de jardin, devenu aujourd’hui le père du paysagisme, André le Nôtre, qui a érigé les jardins à la française au statut d’œuvres d’art. Il était au jardin ce que Vauban était aux fortifications de Louis XIV. Ses plus grandes réalisations sont sans doute le parc de Versailles et le parc de Vaux le Vicomte.

La base d’un jardin à la française, c’est d’abord un terrain immense, le plus possible aplati, libérant les lignes d’horizon les plus larges.

Sur cet espace on dessine des lignes droites, obliques, perpendiculaires, des allées, des terrasses, des escaliers comme autant de scènes de théâtre, et une foule de décorations statuesques : topiaires, fontaines, statues.

C’est une succession également de parterres dans lesquels les buis et fleurs en plantation rigoureuse et précieuse dessinent des tapisseries.

On oppose d’ailleurs jardin à la française et à l’anglaise. Car si l’un n’est que maîtrise, proportions et structure, l’autre est libéré et laisse la part belle à la nature.

Dans le jardin à la française on se promène, on parade, on courtise, on fomente, on parle politique, parfois on joue des fééries théâtrales. La nature et le végétal sont le décor plus que les acteurs principaux de cette pièce.

Les éléments du jardin à la française

Le concept dominant est que le jardin à la française sert de « vitrine » pour illustrer la splendeur et le pouvoir du propriétaire des lieux. Tout est pensé : l’orientation, la hauteur des topiaires, les perspectives, ce qui est montré ou caché, les espaces de repos, la lumière…

Des
théâtres de verdure.

Des escaliers et terrasses marquent différents niveaux et provoquent la curiosité du promeneur.

Des bassins et fontaines, qu’on appelle « jardins d’eau », avec leurs jets.

Des pelouses « brodées » de fleurs plantées.

Des topiaires avec des formes animalistes ou géométriques.

Des sculptures et vasques évoquant des personnages célèbres ou historiques, des angelots, des déesses, des scènes de chasse ou des sculptures décoratives naturalistes.

Des espaces de repos : bancs ou gazebos, tonnelles recouvertes de vignes…

Des espaces cachés ou discrets derrière des bosquets ou des haies.

Des arcades végétales ou des roses.

Des bordures et alignements d’arbres plantés en perspective, toujours pour donner une impression de grandeur et d’espace, de la profondeur.

Parfois une orangerie sert à abriter en hiver les plantes précieuses : agrumes, lauriers, palmiers rapportés des contrées lointaines et arbres fruitiers. Tous sont plantés en bacs, alignés et soignés.

Des allées sont gravillonnées ou sablées. Elles sont un parcours, parfois un labyrinthe, parfois une allée de statues, parfois une déambulation parmi les fééries aquatiques…

La perspective corrigée

Par opposition à la perspective optique, la perspective corrigée anticipe les déformations liées à la ligne de fuite et rectifie la symétrie du jardin à la française.

Les architectes parlent aussi d’un art de la dissimulation, de déformations volontaires, de perspectives accélérées : des compartiments, des écartements et alignements calculés au centimètre…

Ainsi si la géométrie prédomine, les dessinateurs savent depuis longtemps que jouer sur la perspective permet de tricher à son avantage.

Ce sont les balbutiements de l’optique, mais les bases néanmoins sont posées.

Les saisons n’existent pas

Si le jardin moderne varie au fil des saisons, ce n’est pas vrai pour le jardin à la française.

Dans la logique de nier la force de la nature et d’affirmer la supériorité de l’homme, la floraison et la dormance sont niées. Les plants et les tailles sont gérés de manière à ce que le jardin reste identique toute l’année.

Le jardin est clairement domestiqué.

Le jardin à la française : où et pour qui ?

exemple de jardin à la française

Vous l’aurez compris, on ne crée pas un jardin à la française dans une propriété de campagne avec 300 mètres carrés de terrain.

Il faut un château, pas moins, ou du moins une demeure patrimoniale et possiblement classée, du XVII ou XVIIIe siècle pour bien faire.

Pas de vis-à-vis non plus, puisque la perspective doit avoir des proportions gigantesques.

Enfin, le jardin à la française n’est pas pour tout le monde : il faut un entretien journalier et plusieurs jardiniers pour toujours maintenir les buis taillés au millimètre et entretenir les fontaines.

Ceci étant dit, le nombre de propriétaires pouvant s’autoriser la création d’un jardin à la française étant réduit à peau de chagrin, rien ne vous empêche si la topographie et la surface de votre terrain le permettent, et que vous êtes en zone classée, de créer un petit jardin à la française chez vous !

Vous perdrez la perspective et il sera compact, et plus anecdotique que fidèle aux modèles historiques, mais il aura quand même du cachet.

Avantages et inconvénients du jardin à la française

  • Cachet
  • Feuillages persistants
  • Identique en toute saison
  • Irréprochable (si bien entretenu)
  • Mise en valeur de l’architecture de la demeure
  • Patrimonial et historique
  • Beaucoup de contraintes
  • Besoin d’un espace important
  • Cher à mettre en œuvre
  • Création complexe
  • Entretien quasi quotidien
  • Pas de potager ou de plants « utiles »
  • Pas de vis à vis possible
  • Pas le plus accueillant en termes de biodiversité
  • Taille importante et fréquente
  • Peu de place à la créativité

Besoin d'un jardinier pour votre jardin ?

Les plantes du jardin à la française

Arbustes pour topiaires

Buis, Charme, Charmille, Chèvrefeuille, Cyprès, Genévrier, If , Troène

Arbustes de haie

Laurier, Thuya, Parterres brodés, Bégonias, Bulbes printaniers, Cannas, Jonquilles, Lavandes, Oeillets d’Inde, Pivoines, Tulipes, Vivaces estivales

Rosiers et vignes

Orangers et citronniers

Les accessoires du jardin à la française

ACCESSOIRES DU JARDIN À LA FRANÇAISE
un banc en pierre
  • Sable ou graviers pour les allées, qui peuvent éventuellement être pavées ou en briques.
  • Vasques et statuaires en marbre ou béton stuccé.
  • Statues en bronze inspirées de la mythologie grecque ou de personnages historiques.
  • Chérubins et sculptures de fontaines.
  • Fontaines à jet d’eau.
  • Bancs en pierre .
  • Treilles pour les arcades végétales et tonnelles.
  • Bassins
    > L’eau est omniprésente dans les jardins à la française.
    > Que ce soit pour les fééries aquatiques avec des spectacles de jets d’eau, ou simplement pour de grands miroirs d’eau. Plus rarement des bassins contenant des carpes et de spectaculaires nénuphars, mode résiduelle des jardins chinois.
    >  À l’époque de la Cour de Louis XIV, on installait même des lustres en cristal au-dessus de ces bassins, et des tables en marbre !
    >  L’eau à l’époque encore plus que de nos jours, était symbole de richesse. Il fallait le trésor royal pour acheminer l’eau au jardin.
     > Il n’était pas rare de voir des scènes de la mythologie grecque surgir au milieu des bassins, Neptune, Poséidon, des sirènes, nymphes ou dauphins peuplant ces fresques océaniques.
    >  Des grottes sont également aménagées autour ou sous les bassins. 

Voir la vidéo : Les Grandes Eaux Musicales du château de Versailles , un spectacle magnifique

Inspirez-vous : jardins à la française célèbres

Comment créer un jardin à la française, étape par étape

créer un jardin à la française
  1. On l’a vu : beaucoup de terrain et pas de vis-à-vis sont des conditions indispensables.
  2. N’oubliez pas que le jardin à la française sert d’écrin au bâtiment : si celui-ci n’est ni patrimonial ni historique ni de qualité remarquable, le jardin à la française aura du mal à ne pas sembler ridicule…
  3. Commencez par évaluer votre terrain : surface, forme (la plus géométrique possible), perspective, dénivelé… Vous devrez peut-être aplanir votre jardin avant de commencer.
  4. Concentrez-vous longtemps sur votre dessin de jardin à la française en vous inspirant des modèles de Le Nôtre. Placez une fontaine en point central. 
  5. Déterminez les allées, et les emplacements de lieux d’eau, et de lieux de repos.
  6. Si des escaliers et terrasses doivent être installés, faites réaliser le terrassement.
  7. Installez les conduits enterrés pour l’eau et l’électricité (jets et éclairage).
  8. Choisissez les plants pour les perspectives d’arbres plantés, les topiaires, et les parterres brodés. Choisissez de préférence des espèces rustiques locales et résistantes.
  9. Choisissez un motif et des couleurs pour vos parterres brodés, et les espèces de fleurs qui les composeront toute l’année.
  10. Réalisez le sol des allées et terrasses.
  11. Prévoyez des emplacements pour les statues.
  12. Installez quelques bancs le long des promenades.
  13. Couvrez quelques allées très ensoleillées de tonnelles de vigne ou de roses.
  14. Installez à l’entrée de votre jardin un plan des déambulations.
  15. Plantez au cordeau ! Le jardin à la française ne supportera pas l’approximation ni une perspective ratée (le dessin doit être scrupuleux).
  16. Respectez la chronologie pour les éléments de décoration (des éclairages très discrets et des matériaux de type pierre, bois ou fer forgé : pas de plastique !)

Prix de la réalisation d’un jardin à la française

Exemple de prix d'une création ou aménagement de jardin à la française sur plans :

  • 500 à 1500 € pour un jardin de 100 m2. 
  • Arrosage automatique : environ 10 € le m2.
  • Engazonnement : 4 € le m2.
  • Aménagement de massifs : 38 euros/m2
  • Aménagement d’une allée de jardin : 1 à 150 € le m2 (selon matériau)

Comment entretenir un jardin à la française ?

L’entretien de jardin à la française fait partie des plus lourds. 

Prévoyez de signer un contrat d’entretien avec votre jardinier ou entreprise d’entretien des espaces verts, surtout pour la taille des topiaires.

Il faudra tailler souvent, et drastiquement, parfois replanter les parterres brodés pour assurer leur continuité hiver et été, et désherber.

Les allées devront être ratissées, les bassins nettoyées.

Qui est l’inventeur du jardin à la française ?

Claude Mollet, jardinier d’Henri IV, Louis XIII et Louis XIV.

Fortement influencé par les jardins à l’italienne des XVI et XVIIe et influence de André Le Nôtre.